Les députés vaudois défendent la place du sport

Les députés vaudois défendent la place du sport

Le canton de Vaud doit en faire davantage pour le sport: les députés du Grand Conseil ont accepté mardi à une quasi-unanimité plusieurs objets destinés à améliorer les infrastructures sportives, construire des salles dans les écoles, créer un plan directeur cantonal ou instaurer une journée du sport et de la santé.

La Suisse romande, et le canton de Vaud en particulier, souffre « d’un déficit en infrastructures sportives » par rapport à la Suisse alémanique, a indiqué le socialiste Sébastien Calla. Sa motion propose notamment de créer un fonds sur 10 ans d’au moins 150 millions de francs pour construire et moderniser des installations sportives.

Car si certaines infrastructures imposantes bénéficient souvent d’un financement, ce n’est pas le cas pour les plus petites installations communales. Or celles-ci sont « essentielles pour encourager la population à faire du sport« , a affirmé le chercheur en sport à l’Université de Lausanne et vice-président de Ski Romand.

La Verte Séverine Evéquoz a abondé dans le même sens en soutenant « un accès au sport pour tout le monde », afin notamment de lutter contre la sédentarisation de la population.

Pénurie de salles

Une autre motion a dénoncé « l’incurie prolongée de l’Etat » en matière de salles de sport dans l’école post-obligatoire, a dit l’auteur du texte, le PLR Sergei Aschwanden. Il a souligné que 74% des apprentis du canton, soit environ 17’000 personnes, ne pouvaient pas pratiquer d’activité physique à l’école.

Cette pénurie de salles, qui concerne également plusieurs gymnases, empêche le canton de se conformer aux normes légales, qui imposent la pratique de trois heures de sport hebdomadaires. « Quand on sait à quel point la pratique sportive est essentielle pour ces jeunes, je ne comprends pas pourquoi le canton passe à côté de ce combat », a poursuivi Sergei Aschwanden.

L’ancien judoka a également demandé, en attendant la construction des salles manquantes, de créer un fonds pour permettre aux enseignants de mettre sur pied des activités physiques hors des salles de sport. Il a estimé le montant nécessaire à 20 millions de francs.

Le conseiller d’Etat Pascal Broulis a souhaité que cette motion passe d’abord par une commission, afin notamment que le gouvernement puisse présenter sa stratégie dans le domaine. Mais il n’a pas été entendu et quasiment tous les députés ont décidé de renvoyer directement cette motion au Conseil d’Etat.

Décalage

Dans un postulat cette fois-ci, également signé par Sergei Aschwanden, il a été demandé au Conseil d’Etat de définir « un modèle sportif » pour le canton et de prévoir une hausse « conséquente » du budget du Service de l’éducation physique et du sport (SEPS). Le député PLR a jugé « légère » l’approche vaudoise, en comparaison à des cantons comme Genève et Argovie qui disposent d’un véritable plan directeur cantonal.

M. Aschwanden a également regretté que le sport ne bénéficie pas des mêmes traitements que la culture, sans vouloir toutefois opposer ces deux milieux. Selon lui, un décalage existe aussi entre le sport associatif et le sport international, le canton de Vaud étant dans ce domaine « à la pointe » avec l’organisation de grandes compétitions et l’accueil de nombreuses fédérations.

Héritage des JOJ

Le fait que le sport associatif repose essentiellement sur le bénévolat ou les carences en matière de sport/études ont aussi été abordés par plusieurs députés. Ceux-ci ont par ailleurs renvoyé au Conseil d’Etat un autre postulat de Sergei Aschwanden, demandant d’envisager l’instauration d’une Journée cantonale du sport et de la santé.

Toujours sur le volet sportif, le Grand Conseil a demandé au Conseil d’Etat de réaliser un rapport sur les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) 2020 de Lausanne. « Nous devons pouvoir tirer un bilan et profiter de l’héritage de cette manifestation qui a été exemplaire sur de nombreux points, comme l’aménagement des sites ou la mobilité », a dit Grégory Devaux (PLR), à l’origine du postulat.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.