Projet soumis au vote

Projet soumis au vote

Panneau à l'entrée du village de Buchillon

Les citoyens de la commune sont appelés à se prononcer sur le référendum concernant le projet de rénovation d’un bâtiment administratif ce dimanche.

Les Buchillonais sont appelés aux urnes ce dimanche 13 juin pour valider ou retoquer le préavis communal portant sur la rénovation d’un bâtiment administratif et des logements de fonction. L’enjeu de ce vote réside dans l’absence de panneaux solaires prévus dans le devis initial, mais abandonnés par la Municipalité. Le comité référendaire lancé par Andreia Uffer, conseiller communal, a récolté 130 signatures, ce qui a abouti au vote de dimanche prochain. «J’ai lancé ce référendum, car je faisais partie de la commission d’urbanisme qui recommandait le renvoi du préavis à la Municipalité. Nous avons vu qu’il y avait 40 000 francs dédiés aux panneaux solaires et lorsque nous avons demandé à l’exécutif où il les poserait, il a répondu qu’il n’allait pas le faire pour des raisons esthétiques.» Un non-sens pour le conseiller communal qui dénonce l’inertie des autorités envers les enjeux environnementaux. «Les municipaux doivent montrer le bon exemple dans le cadre de la transition énergétique et la mise en place de cette solution va dans le bon sens», explique Andreia Uffer.
Un point de vue non partagé par le syndic sortant Robert Arn qui estime que le refus du préavis nuirait à l’esthétisme du bâtiment: «C’est un toit qui comporte des velux et ce n’était pas très opportun d’y installer des panneaux solaires. Cette construction est élégante et la Municipalité ne voulait pas affecter l’esthétisme de ce bâtiment», commente le syndic. Quant à l’argument de la transition écologique, Robert Arn le balaie rapidement. «Nous avons d’autres projets pour implanter les panneaux photovoltaïques sur le collège intercommunal, la salle de gymnastique et la déchetterie. Cela représente 1250m2 de superficie de toiture. C’est considérable, contrairement à la centaine de mètres carrés de panneaux qui seraient installés sur le bâtiment administratif», explique-t-il.

 

Nous avons vu qu’il y avait 40 000 francs dédiés aux panneaux solaires et lorsque nous avons demandé à l’exécutif où il les poserait, il a répondu qu’il n’allait pas le faire pour des raisons esthétiques

Andreia Uffer, référendaire

Et après?

Quelles seraient les conséquences si la population refusait le préavis de la Municipalité? Sur cette question, le désaccord est encore de mise. «En cas de refus du projet de rénovation, l’économie de 80% d’énergie qu’il représente serait encore retardée», assure le syndic sortant. Quant au référendaire Andreia Uffer, il n’émet aucun doute sur la volonté des nouveaux municipaux «de s’inscrire dans la transition énergétique». D’ailleurs, il souligne que l’un des nouveaux élus fait partie du comité référendaire. Réponse dans les urnes ce dimanche.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.