L’islam soufi se rapproche de Dieu en dehors des mosquées

L’islam soufi se rapproche de Dieu en dehors des mosquées

MORGES LE 5 décembre 2021. Dans la série "Nos spiritualités méconnues": le soufisme, branche mystique de l'Islam. © (24 HEURES /Jean-Paul Guinnard)

À Morges, la maison de paroisse de Beausobre est un beau bâtiment patricien, niché au bout d’un chemin ombragé. Nous sommes bien en terrain protestant, et pourtant, cela fait plusieurs années que le Notre Père n’est pas seul à résonner entre ces murs. Chaque mois, la confrérie soufie Alâwiyya y organise ses rencontres spirituelles, qui incarnent un islam loin des mosquées et des prières du vendredi.

Dans l’imaginaire collectif, le soufisme évoque surtout les derviches tourneurs turcs, ces mystiques qui se rapprochent de Dieu à travers la danse. S’il existe plusieurs voies soufies dans le monde, le canton de Vaud en compte deux: celle de la confrérie mouride, originaire du Sénégal, et celle du soufisme Alâwiyya, qui trouve sa source en Algérie (voir encadré).
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.