Au cœur de la cellule de crise morgienne

Au cœur de la cellule de crise morgienne

De g. à d.: Nicolas Houlmann (quartier-maître, SIS Morget), Hélène Mouillé (responsable Santé et sécurité au travail de la ville), Patrick Le Fort, (chargé de communication de la ville), Mélanie Wyss (syndique), Mathilde Dalcher-Mayer (secrétaire municipale adjointe), Marc Dumartheray (formateur et commandant PCi District de Morges) et Martial Grandjean (chef opérationnel à la Police région Morges). Photo: Rempe

En cas d’accident, la ville peut s’appuyer sur une organisation formée et préparée à résoudre toutes les situations d’urgence. Immersion.

C’est à «RB14», autrement dit le bâtiment de la ville sis au numéro 14 de l’Avenue de Riond-Bosson que la journée commence. Au rez, dans la salle officielle de la cellule de crise, on découvre des murs tapissés de panneaux sur lesquels on peut voir de nombreux schémas de multiples couleurs. De chaque côté de la pièce, deux trios discutent. On entend les mots «convoi sécurisé», «terrain miné», «danger», «attentats»... Rien de bien rassurant...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.