À Tolochenaz, la fabrique d’une reine – journaldemorges À Tolochenaz, la fabrique d’une reine
Signaler une erreur
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

À Tolochenaz, la fabrique d’une reine

À Tolochenaz, la fabrique d’une reine

Petit havre de paix, Mon Fertile a fait les jours heureux et l’éducation, entre autres, de la reine consort. Photo: Musée Bolle

La nouvelle reine consort du Royaume-Uni et épouse du roi Charles III, Camilla Parker Bowles, a effectué une partie de ses études dans une école de bonnes manières à Tolochenaz. Petit récit de son passage dans cet internat très privé.

Dimanche dernier, les funérailles de la reine Élisabeth II ont battu des records d’affluence et d’audience planétaires. Outre les adieux, cette cérémonie marque aussi la fin d’une période de transition sur le trône britannique. Le quotidien du désormais roi d’Angleterre Charles III et de sa femme, la reine consort Camilla, est scruté par les médias anglais. Dans la presse, les biographies se multiplient pour permettre aux sujets de Sa Majesté d’en apprendre plus sur le nouveau couple régnant. Dans les rubriques «formation» par exemple, on lit partout que le roi est un diplômé de l’Université de Cambridge et que son épouse a effectué ses études dans une non moins prestigieuse école suisse appelée «Institute Mon Fertile» (en anglais dans le texte). Un établissement énigmatique – dont les traces sont presque inexistantes – qui lie pourtant intimement la nouvelle reine consort au district de Morges.
Contenu Bloque

Envie de lire la suite ?

L'information vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Derrière les articles de ce site, il y a une équipe de journalistes et de photographes dont le métier est de vous informer sur l'actualité de notre région. S'abonner pour lire ces articles, c'est soutenir un journalisme indépendant et ancré dans sa région.