Le clown devenu Monsieur Loyal

Le clown devenu Monsieur Loyal

Photo: Bovy

Voilà six ans que Loïs de Goumoëns a lancé le Vevey International Funny Films Festival, rendez-vous comique qu’il codirige. Passé des salles de classe morgiennes à celles d’impro théâtrale, le Chignac prend désormais son pied dans ce qui est presque un vrai métier d’adulte.

De lui, on nous a dit qu’il était timide et réservé durant ses premières années de scolarité. Qu’à treize ans, son film préféré était le péplum et blockbuster Gladiator, et qu’il était intéressé par la spécialisation «économie et droit» qu’il suivait à l’école. Autant de considérations qui ne sont plus vraiment d’actualité. «Oui, ça a un peu changé depuis, sourit le jeune trentenaire moustachu. Pour ce qui est de l’économie, je ne sais pas trop pourquoi, mais quand j’étais petit je trouvais ça cool, les banques et tout cet univers… Quand j’y réfléchis aujourd’hui, c’est complètement absurde.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.