La folie des volants est contagieuse

La folie des volants est contagieuse

Les membres de la première équipe, en bas à droite le président Khieng Khauv et en haut à droite Marine Bourqui. Photo: Bovy

De plus en plus de personnes sont attirées par la pratique du badminton. Rencontre avec Khieng Khauv, président du club morgien, et Marine Bourqui, une des meilleures badistes de sa génération.

Intensité. S’il ne fallait choisir qu’un seul mot pour résumer le badminton, ce serait sans doute celui-ci. Ce sport de raquette allie vitesse, endurance et réaction. C’est sans aucun doute une des disciplines les plus spectaculaires à regarder. Il n’y a qu’à se rendre un soir de semaine dans la salle de gymnastique du Petit-Dézaley pour s’en rendre compte. Sur les quatre terrains, les échanges disputés s’enchaînent et le bruit des volants claque. C’est là que s’entraîne et joue la centaine de membres du Badminton Club Morges.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.