Clap de fin cruel pour des perdants magnifiques

Clap de fin cruel pour des perdants magnifiques

Au terme d’une campagne olympique exceptionnelle, Grégoire Siegwart et son coéquipier Kilian Wagen ont brillé aux championnats du monde de 470, avant de connaître une fin de régate difficile à encaisser. S’il n’ira pas à Tokyo, le navigateur du CNM a tutoyé les sommets comme très peu de jeunes helvètes l’ont fait avant lui.

Toutes les disciplines sportives mythiques comptent leurs héros malheureux. Le cyclisme a eu Poulidor, le football la sélection néerlandaise de 1974, le basketball Reggie Miller… La voile helvétique quant à elle peut également se targuer de compter en ses rangs des navigateurs aussi flamboyants que mal payés. Grégoire Siegwart et Kilian Wagen en sont les derniers représentants.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.