Une nuit avec les «gardiens des routes»

Une nuit avec les «gardiens des routes»

L’équipe de bénévoles Nez Rouge Lausanne réunis à Bussigny vendredi soir. En rouge, les membres du comité. Photo: Philippoz

Ils veillent jusqu’au matin pour amener à bon port les noctambules qui ne sont plus en état de conduire. Nous les avons suivi pour le premier soir de garde de 2021.

«Vous feriez peut-être mieux d’allumer les phares quand même, non?» Lancée d’un ton amusé, la remarque n’émane pas d’un moniteur d’auto-école. Mais bien d’un parfait inconnu. Il a la quarantaine, une barbe touffue qui habille un large sourire persistant (même avec un masque), un Dacia Duster gris et le regard hagard. Assis à sa gauche, j’ajuste la position de mon siège. Et parmi la foule de réglages à vérifier avant de démarrer, j’ai donc failli en oublier un essentiel. L’erreur de débutant. Normal, c’est ma toute première course. J’allume les phares, passe la première, puis la deuxième. Me familiarise avec le point de friction. Il est presque minuit. Nous quittons la zone industrielle de Lonay.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.