«Un tremplin pour se réinventer»

«Un tremplin pour se réinventer»

Eloïse Deuker ne manque pas d’idées pour apporter une touche de modernité à sa paroisse. (Lambert)

Depuis le 1er juillet, Eloïse Deuker (30 ans) œuvre au sein de la paroisse du Pied du Jura. En pleine crise sanitaire, elle voit une occasion pour l’Église de faire preuve de créativité pour se moderniser.

Prendre ses marques en temps de coronavirus: c’est le défi d’Eloïse Deuker (30 ans), la nouvelle pasteure de la paroisse du Pied du Jura depuis le 1er juillet. «C’est vrai que le contexte est compliqué, reconnaît celle qui arrive tout droit du Vaucluse, en Provence. Faire connaissance avec des personnes masquées, c’est difficile. Il manque les traits du visage qui en disent souvent beaucoup. Et puis j’ignore encore les attentes des paroissiens.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.