Un certain fatalisme chez les commerçants

Un certain fatalisme chez les commerçants

Les amateurs de sports d'hiver ont profité des dernières heures avant la fermeture pour s'équiper. (Bovy)

L’annonce du Conseil fédéral de fermer les commerces dits «non essentiels» génère plus d’inquiétudes que de colère.

Mercredi dernier, c’est un tout milieu qui a pris un nouveau coup dur sur la tête avec la décision du Conseil fédéral de fermer les commerces dits «non essentiels». «Honnêtement, je suis très surprise que cette annonce ait pu surprendre, avoue Cécile Hussain Kahn, président de l’Association de l’économie et du commerce de Morges.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.