«Le gel est un mal plus insidieux que la grêle»

«Le gel est un mal plus insidieux que la grêle»

Luc Magnollay au milieu de ses pommiers se montre philosophe après le passage du gel. Photo: Francillon

Les arbres fruitiers de la région ont subi de plein fouet le récent coup de froid. Les pertes exactes ne sont pas encore connues, mais les dégâts sont bien visibles. Reportage chez un producteur au milieu des fleurs «brûlées».

Une grosse masse d’air polaire a beaucoup fait parler d’elle ces dernières semaines. Elle a même semé le chaos dans les vignobles et les vergers européens. Sous nos latitudes lémaniques, le coup de froid s’est aussi fait sentir et a laissé des traces derrière son passage. Depuis quelques jours, les températures sont à nouveau printanières et peuvent faire croire que tout est revenu à la normale. Il n’en est rien.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.