Des bergers bénévoles en formation – journaldemorges Des bergers bénévoles en formation

Des bergers bénévoles en formation

Des bergers bénévoles en formation

Kim Berney, dont le troupeau a été victime d’attaques, sera épaulé cet été par des bénévoles. Photo: Meylan.

Une association a formé une centaine de volontaires aux rudiments du pastoralisme. Ils aideront cet été les éleveurs vaudois exposés aux grands prédateurs.

Avec ses cheveux en bataille, sa silhouette longiligne et ses lunettes, il a un air de poète. Mais quand il s’exprime devant une équipe de bergers bénévoles, Kim Berney, éleveur d’Highlands aux Bioux, dans la vallée de Joux, ne passe pas par quatre chemins: «On approche une vache calmement et sans hésitation. Elle doit comprendre: «C’est moi qui te mange, pas toi.» Les vaches sentent quand on a peur. Elles attaquent rarement. Mais n’oubliez pas: dans la nature, il n’y a aucune règle. On nous avait dit: le loup ne s’en prend pas aux bovins. Pourtant, il a tué quatre de mes bêtes l’an dernier.»

Étudiants, retraités, militants écologistes, ou amoureux de la montagne, ils ont répondu à l’appel de l’Organisation pour la protection des Alpages (Oppal), pour aider les éleveurs vaudois à protéger leurs troupeaux du loup cet été, durant la saison d’été. Le temps d’un week-end, une centaine «d’éco-volontaires» s’initient aux bases du pastoralisme, au maniement d’une caméra thermique ou révisent les gestes de premiers secours. La mission d’un bénévole dure en général une ou deux nuits, jusqu’à deux semaines pour les plus aguerris. Ils surveillent les troupeaux quand le berger se repose, la nuit.
Contenu Bloque

Envie de lire la suite ?

L'information vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Derrière les articles de ce site, il y a une équipe de journalistes et de photographes dont le métier est de vous informer sur l'actualité de notre région. S'abonner pour lire ces articles, c'est soutenir un journalisme indépendant et ancré dans sa région.