Sans elles, les vacances seraient fades

Sans elles, les vacances seraient fades

Brigitte Schilt et Judith Frischknecht ont rejoint le comité du Passeport-Vacances Morges en 2001 et 2004 respectivement. Photo: Grieu

D’un côté, il y a Brigitte Schilt, Morgienne pur sucre bien qu’elle soit née en 1960 à Payerne, avant de «faire» toutes ses écoles et sa carrière à la Coquette. De l’autre, il y a Judith Frischknecht, qui a vu le jour en 1967 à l’autre bout du pays, dans le village thurgovien de Batterswil, et a tout quitté une fois adulte pour s’installer en Suisse romande – d’abord à Genève, puis à Nyon, à Morges en 1996, et enfin à Bière. La première est plutôt calme, posée, tandis que la seconde épate par sa loquacité et son tempérament bien trempé.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.