Pas un secret, mais un apprentissage

Pas un secret, mais un apprentissage

Richard Ferrari, spécialiste en thérapie manuelle et des techniques de reboutement, dans son cabinet de la Sarraz. Photo: Clémence.

La vision répandue du chaman aux mains guérisseuses perd du terrain chez les rebouteux. Le métier est aujourd’hui encadré, mais une part d’inexplicable peut subsister.

Ce ne sont pas des apprentis sorciers, ce sont des professionnels avec tous les papiers pour vous le prouver. Quand on dit le mot «rebouteux», on le relie souvent à une pratique ésotérique. Pourtant, si on recherche un spécialiste du reboutement dans la région sur Internet, on tombe sur des praticiens avec un cursus transparent et des compétences encadrées et le plus souvent explicables, mais pas toujours. Une part de mystère peut subsister.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.