Le parlement des jeunes cultive les échanges

Le parlement des jeunes cultive les échanges

Laura Pusztaszeri, Raquel Martins et Paul Kupper. Cornut

Mis à mal par la pandémie, le Parlement des jeunes ne baisse pas les bras et continue de s’investir pour affronter les défis de demain.

Fondé en 2011 à Morges, le Parlement des jeunes lutte pour survivre. Rassemblant une douzaine de membres âgés de 13 à 25 ans, l’institution a dû faire face à une série de départs en lien avec l’épidémie. «On a perdu plusieurs membres dès l’interdiction de se rassembler. Sans parler de ceux qui se sont démotivés au fil du temps», déclare la présidente du Parlement Laura Pusztaszeri, qui se réjouit de retrouver les réunions non virtuelles.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.