Jeunesses entre espoir et résignation

Jeunesses entre espoir et résignation

Loïc Dumauthioz (Giron du pied), Corentin Schaefer (rallye de l’Aubonne), Raphaël Cornut (Giron du Pied) et Bruno Della Casa (Trophée de la Venoge) continuent à espérer que des visiteurs pourront fouler leurs copeaux cet été. Photo: Bovy

L’été 2020 aurait dû être leur moment, celui pour lequel ils travaillent depuis de longs mois. Presque un an plus tard, ils ne savent toujours pas si leur événement pourra se tenir.

Tout comme certains souffrent du manque de festivals et de concerts, la région, elle, se sent orpheline de ses manifestations traditionnelles phares. Abbayes, fêtes de tirs et girons des jeunesses n’ont logiquement pas pu avoir lieu l’année dernière, pandémie oblige. Pourtant, 2021 pourrait bien être un bis repetita. «Nous sommes à moins de deux mois de nos festivités et nous ne savons toujours pas ce qu’il sera possible de faire, explique Raphaël Cornut, co-président du Giron du Pied à Monnaz. C’est le flou artistique, chaque annonce du Conseil fédéral offre ou anéantit des options et nous n’arrêtons pas de modifier nos ambitions.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.