Les absurdités des produits autorisés

Les absurdités des produits autorisés

L’interdiction de vendre des articles classés «non essentiels» dans les commerces restés ouverts provoque un certain nombre de situations cocasses. Keystone

L’interdiction de vendre des articles classés «non essentiels» dans les commerces restés ouverts provoque un certain nombre de situations cocasses à défaut d’être bien comprises.

En ces temps de morosité ambiante, le Conseil fédéral a inventé «à l’insu de son plein gré» un divertissement amusant: repérer dans les rayons des grandes surfaces les incohérences liées au classement des articles en «essentiels» ou «non essentiels». Une petite balade dans trois d’entre eux en début de semaine réserve son lot de surprises.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.