De la guerre aux bancs de nos écoles – journaldemorges De la guerre aux bancs de nos écoles

De la guerre aux bancs de nos écoles

De la guerre aux bancs de nos écoles

Pierrick Schopfer, Annelise Wyss, Janick Flahaut (enseignante), Fabien Descoeudres, Ellen Rohrbasser (enseignante) et Margaux Ebersberger dans la salle du Petit-Dézaley qui a été aménagée pour les cours de français intensif. Photo: Grieu

Après avoir fui les combats, des Ukrainiens intègrent les classes de la région. Directeurs, professeurs et élèves ont à cœur de leur réserver le meilleur des accueils.

Au Petit-Dézaley, on se mobilise pour recevoir les élèves ukrainiens. «Tout le collège est impliqué, se réjouit Annelise Wyss, doyenne 3P et 4P. Les petits Morgiens étaient tout contents qu’on leur montre l’alphabet cyrillique et de décorer une salle où les jeunes déplacés de guerre de 1 à 6P suivront après les vacances de Pâques des cours de français intensif quatre matins par semaine, en parallèle des autres matières. Dans tout l’établissement, un vrai mouvement de solidarité s’est créé sous forme de dons en matériel.»
Contenu Bloque

Envie de lire la suite ?

L'information vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Derrière les articles de ce site, il y a une équipe de journalistes et de photographes dont le métier est de vous informer sur l'actualité de notre région. S'abonner pour lire ces articles, c'est soutenir un journalisme indépendant et ancré dans sa région.