Attaques de grands prédateurs dans les alpages

Attaques de grands prédateurs dans les alpages

Martin Baudin a retrouvé son veau dévoré par ce qu'il assure être un loup. Photos: DR

Le week-end aura été meurtrier pour les éleveurs de la région. Au pré de Mollens et à la Vallée de Joux, trois vaches ont été retrouvées éventrées un loup.

C'est une découverte macabre qu'a faite le berger du pré de Mollens vendredi matin. Durant la nuit, deux génisses de l'alpage avaient été dévorées par un loup. Pour Martin Baudin, propriétaire de l'une des bêtes – la deuxième appartient à Nicolas Bally – il ne faisait aucun doute que l'attaque était l'œuvre d'un loup, mais il a dû attendre lundi pour recevoir la confirmation du service de la faune. "Les génisses sont tétanisées, on n'ose même plus les approcher, regrette-t-il. Ce sera tout un boulot pour les apprivoiser à nouveau, elles seront marquées à vie." Sous l'œil du berger, les veaux étaient également protégés par des clôtures électrifiées et des barbelés. "Ils n'ont pas été laissés à l'abandon", lâche leur propriétaire.

Les survivantes du lot, complètement traumatisées, ont été immédiatement redescendues en plaine et ne remonteront pas de tout l'été. L'éleveur avoue être choqué par cet incident. "C'est la première fois que ça nous arrive, alors que ça fait des centaines d'années que nous montons du bétail au pré de Mollens. C'est à se demander si on pourra continuer à utiliser ces alpages." L'habitant de Mollens en vient à appréhender les coups de téléphone du berger, de peur qu'il annonce une mauvaise nouvelle. "Ces bêtes, on les a vues naître et on les a élevées, donc forcément c'est le coup dur."
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.