Maison rasée, panneaux volés, la ZAD fait encore parler d’elle

Maison rasée, panneaux volés, la ZAD fait encore parler d’elle

Evacuée le 30 mars, la ZAD du Mormont a été nettoyée de A à Z, y compris la propriété qui a été rasée de manière illicite. Photo: Jean-Paul Guinnard

Le bâtiment occupé par les zadistes sur la colline du Mormont a été détruit sans autorisation. Quant aux anciens occupants, une soixantaine ont fait l'objet de poursuites en lien avec l'évacuation de la Zad, à la fin du mois de mars.

Nous faisons le bilan de cette semaine très animée du côté de La Sarraz, même si la zone ressemble à nouveau à un parc verdoyant et désert.

Un tas de poussière et trois bouts de tôle. C’est tout ce qu’il reste de la maison occupée par les zadistes du Mormont, bâtiment dont les photos ont fait le tour du monde, montrant les activistes du climat perchés sur le toit jusqu’à l’arrivée des gendarmes.

Il n’y aura cependant ni mémorial ni musée, puisque, dans la foulée de l’évacuation du 30 mars, son propriétaire – le groupe Holcim – a en effet envoyé ses pelleteuses pour raser la propriété iconique, symbole de la «zone à défendre» (ZAD) ornée de drapeaux révolutionnaires.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.