Ils grimpent les parois au chant de la perceuse

Ils grimpent les parois au chant de la perceuse

Au fil de l’ascension, les équipeurs hisseront le sac rempli de matériel, les cordes et une petite balançoire confectionnée maison afin de permettre à l’assureur de jouir d’un relatif confort pendant que son acolyte s’affaire. Caroline Sax/Aleiko

Ces passionnés passent leur temps libre à chercher des nouvelles lignes d’escalade et à y visser les points de sécurité afin de permettre à leurs pairs d’y grimper.

À peine arrivés au pied de la falaise des Montons que déjà leurs regards sont rivés sur cette face. Massive et élégante, elle s’élève au nord du col du Sanetsch, entre les cantons de Berne et du Valais. Il y a de quoi ne pas la quitter des yeux. C’est un océan de calcaire tourmenté dont les fissures, les stries, les trous et les dévers invitent à prendre de la hauteur.

Aux yeux de Jean-Marie Porcellana et de Grégoire Tièche, la paroi bleue, jaune ou grise est surtout une feuille blanche sur laquelle ils sont en train de composer. Au pied de cette masse minérale, leur esprit est déjà là-haut. L’aube teinte l’air d’un brouillard azur, le paysage se réveille mais eux ont déjà les sens à l’affût. Leurs corps trahissent un mélange d’excitation et de peur dont n’importe quel grimpeur est familier.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.