Et sous nos pieds, les eaux usées

Et sous nos pieds, les eaux usées

Laurent Santschy et Alain Jaccard veillent sur les sous-sol morgiens, notamment les réseaux d’eaux claires et usées. Photo: Rempe

Cet été, nous vous emmenons dans des lieux inédits, souvent méconnus aux quatre coins du district. Premier arrêt dans les sous-sols de La Coquette.

Gestes simples et innés dès l’enfance, tirer la chasse d’eau, fermer le robinet du lavabo ou de la douche font partie du quotidien de tout un chacun. Mais ce que nous savons moins, c’est ce qu’il advient de ces eaux une fois qu’elles ont quitté notre habitation. Pour comprendre ce qui se déroule sous nos pieds, c’est aux Services industriels de la ville qu’il faut se rendre. «Avant toute chose, il faut savoir qu’il y a plusieurs réseaux souterrains, explique d’entrée Alain Jaccard, chef de service à la direction des infrastructures et gestion urbaine. Que ce soit l’eau potable, le gaz, le gaz naturel, l’électricité, la fibre optique, la téléphonie ou les eaux claires et usées, tout passe sous nos pieds.»

Deux immenses cartes dépliées sur son bureau, Alain Jaccard présente le réseau d’assainissement. «Sur ce premier plan, on voit les conduites d’eaux claires. Ce sont les ruissellements, les eaux de pluies, tout ce qui se trouve en dehors des bâtiments et se dirige ensuite vers le lac, souvent via la Morges. Cette autre carte indique le réseau d’eaux usées. C’est tout ce qui sort des bâtiments. L’écoulement de la machine à laver, du lavabo, de la chasse d’eau, tout ce qui débouche à la station d’épuration pour être traité.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.