Monsanto devra rembourser 35 millions d’impôts exonérés – journaldemorges Monsanto devra rembourser 35 millions d'impôts exonérés

Monsanto devra rembourser 35 millions d’impôts exonérés

Monsanto devra rembourser 35 millions d’impôts exonérés

Le siège morgien de Monsanto a régulièrement été la cible de manifestations, comme ici en mai 2015. Photo: Keystone

Le Tribunal fédéral condamne aujourd’hui Monsanto à rembourser l’intégralité des impôts exonérés grâce à l’accord passé avec le fisc vaudois lors de son arrivée à Morges en 2004. Cela représente un montant de 35 millions de francs.

Cette sage politico-judiciaire fait suite à une intervention des Vert∙e∙s au Grand Conseil vaudois, de la plume de leur ancien député du district de Morges Raphaël Mahaim, qui avait réclamé en 2019 déjà ce remboursement.

Dans un arrêt rendu à cinq juges qui va faire date, le Tribunal fédéral condamne Monsanto à rembourser l’intégralité des impôts économisés durant sa période d’exonération (10 ans) en terre vaudoise à hauteur de 35 millions de francs. Pour mémoire, un arrangement fiscal avait été conclu avec Monsanto lors de son arrivée en 2004 aux termes duquel Monsanto ne paierait aucun impôt durant les 10 premières années d’activité dans le canton de Vaud, moyennant que Monsanto demeure domicilié en terres vaudoises durant 10 ans encore après la fin de l’exonération (clause de claw back). Or, en 2018, Monsanto, désormais racheté par le groupe Bayer, avait annoncé son intention de quitter Morges, décision effective en 2020.

En juin 2019, les Vert∙e∙s sont intervenus au Grand Conseil par une interpellation de leur ancien député du district de Morges, Raphaël Mahaim, pour demander l’application stricte de la clause de claw back et le remboursement intégral des impôts exonérés. Cette intervention a été le début d’une saga politico-judiciaire qui se termine maintenant devant le Tribunal fédéral. La plus haute instance judiciaire du pays a condamné Monsanto à restituer l’intégralité des impôts exonérés, alors que le Tribunal cantonal avait estimé que pour la période de 2005 à 2010, le remboursement d’impôt était trop ancien et se trouvait frappé par la prescription (10 ans).

Par une motion verte au Grand Conseil déposée en 2019 également, les Vert∙e∙s avaient demandé que cette manne fiscale soit allouée à des dépenses ciblées en faveur de l’environnement et de l’agriculture de proximité, en écho aux scandales sanitaires et agroalimentaires dont est coutumier le géant Monsanto/Bayer. Cette motion a été refusée l’année dernière. Vassilis Venizelos reviendra donc au Grand Conseil pour que ce produit extraordinaire de 35 millions ne soit pas simplement absorbé par le budget courant de l’Etat mais alloué à l’agriculture durable. Et les Vert∙e∙s interviendront également pour modifier la loi fiscale vaudoise qui permet toujours ce type d’exonérations.

Un joli cadeau pour Morges

35 millions, c’est une belle somme et autant dire que la ville de Morges verra une partie de cet argent arriver dans ses caisses. Quand à savoir combien, c’est le mystère. « Je ne peux rien vous dire, confirme le municipal David Guarna en invoquant le secret fiscal. En revanche, ce qui est sûr c’est qu’une telle rentrée fera augmenter le points d’impôt par habitant, ce qui augmentera notre contribution à la péréquation. Il y a donc de très fortes chances pour qu’une bonne partie de l’argent perçu reparte directement ailleurs. »

Une satisfaction relative donc mais qui fera tout de même du bien aux finances morgiennes.

 

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.