Les Echos du Conseil de Bussigny – 25 juin

Infos à retenir

Pas de fête du 1er août

Vendredi dernier, lors de la dernière séance du Conseil communal de la législature 2016-2021, la municipalité de Bussigny a annoncé avoir renoncé à la tenue de la fête du 1er août, comme celle-ci est organisée chaque année à la Plannaz. L’organisation a été jugée trop complexe. «Il aurait fallu contrôler les passeports Covid et barricader le site pour que tout le monde entre au même endroit. Et je ne suis pas sûre que les gens auraient eu envie de devoir présenter un test négatif pour venir voir un feu d’artifice», a ajouté la syndique Claudine Wyssa. Pour la deuxième année de suite, il n’y aura pas non plus de coq en fête le soir du 31 juillet, ni de brunch le 1er août au matin. Toutefois, un feu de bois brûlera quelque part dans la commune. Le lieu est encore tenu secret… 

Les bus font grincer

«Afin d’offrir à la population un certain spectre de liaisons, le pôle gare de Bussigny se composera dès août de cinq lignes pour des dessertes et liaisons rurales en direction de Cossonay et Morges», a déclaré Jean-Pierre Aeby, municipal en charge des transports. Le quartier Bussigny Ouest pourra désormais profiter de l’offre, et la nouvelle ligne 58, qui reliera Bussigny à la gare de Cossonay-Penthalaz par la campagne, assurera le transport des élèves vers le nouveau Gymnase. Au total, trois tracés situés au nord de la gare passeront par le centre, de quoi faire grincer les automobilistes : «Les bus vont passer devant l’Hôtel de Ville, ça va créer un sacré merdier! Ils auraient dû passer à l’extérieur de la commune. Cela avait été d’ailleurs soulevé…», a lancé, vendredi, un conseiller communal. Nombre de citoyens craignent en effet que le centre ne soit bouché, d’autant que les bus n’échapperont pas à la zone 20km/h, très controversée depuis sa mise en place en fin d’année dernière. «Je suis convaincu que si chacun veille quelque peu sur les usagers, la cordialité atténuera l’amertume et le goût de bouchon», rétorque, à son tour, le municipal. A noter que les lignes CarPostal actuelles seront reprises par les TL. 

Extinction des feux

«Suite au succès rencontré l’an dernier, le Projet Perséides sera réitéré à Bussigny», a déclaré Jean-Pierre Aeby. Dans la nuit du 12 au 13 août prochain, l’éclairage public de la ville s’éteindra. Cette année, 498 communes, réparties sur les cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg et Valais, sont invitées à participer au projet. «Cette fois-ci, nous allons aussi demander aux entreprises d’éteindre, si possible, leurs enseignes lumineuses», a complété le municipal. L’expérience semblait avoir éveillé les consciences l’an dernier. Des citoyens avaient d’ailleurs demandé à la commune d’envisager de couper l’éclairage public dans certaines rues de manière systématique, pour économiser de l’énergie. Délégué au développement durable, Sébastien Deriaz songeait alors à une solution, «l’éclairage dynamique», détecteur de mouvements. Un dispositif toutefois «très coûteux», avait répondu, à son tour, Pierre-Yves Delcourt, chef du service aménagement et infrastructures. 

Chiffre : une perte de plus de 500’000 francs

Le résultat net des comptes communaux 2020 révèle une perte de 544’502 francs, alors qu’avait été initialement inscrit au budget, un résultat négatif de 2’020’040 de francs. La Commission des finances (COFIN) a salué “le travail d’équilibriste” de la Municipalité, qualifiant le résultat 2020 de “satisfaisant”, malgré ces écarts. Pour rappel, en 2019, soit avant l’arrivée de la pandémie, le résultat net des comptes bussignolais s’élevait à 6’037’557 francs.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.