Le Conseil fédéral fera un point de situation vendredi

Le Conseil fédéral fera un point de situation vendredi

Les conseillers fédéraux s'entretiendront par téléphone demain vendredi 31 décembre. Photo: Anex/Keystone

Le Conseil fédéral s'entretiendra vendredi de la situation du Covid-19 lors d'une séance extraordinaire par téléphone.

"Demain à 13h00, le Conseil fédéral tiendra une séance téléphonique sur le coronavirus. Cette séance a pour but d'effectuer un échange d'informations sur la situation actuelle", a indiqué jeudi sur Twitter le porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi. Cette séance sera suivie d'un communiqué de presse.

Le ministre de la santé s'est entretenu mercredi avec le président de la Confédération Guy Parmelin et le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger. A l'issue de ces échanges, il a indiqué que le Conseil fédéral attendait des précisions sur la virulence du variant Omicron.

"Aujourd'hui, il n'y a pas de raison de prendre des mesures extrêmement brutales comme les fermetures alors que la situation dans les hôpitaux ne le justifie pas", a déclaré Alain Berset dans l'émission Forum de la RTS. Mais le prochain paquet de mesures pour freiner la pandémie est prêt.

Plusieurs cantons et la Task Force scientifique ont demandé de serrer la vis face à l'augmentation des nouvelles infections. Jeudi, le médecin cantonal bâlois Thomas Steffen estime lui aussi qu'un nouveau durcissement des mesures anti-Covid est inévitable.

Nous allons au-devant d'un grand défi dans les semaines à venir

Thomas Steffen, médecin cantonal bâlois

A quelques semaines de sa retraite, M. Steffen, membre du comité de l'Association des médecins cantonaux suisse (AMCS), dit partir avec un sentiment d'inquiétude au vu de la situation sanitaire actuelle. "Nous allons au-devant d'un grand défi dans les semaines à venir", a-t-il dit dans un entretien à l'agence Keystone-ATS.

Thomas Steffen estime que la Suisse n'a pas trop mal traversé la pandémie jusqu'à présent. "Je suis néanmoins d'avis que nous aurions pu faire mieux". Selon lui, la Confédération, les cantons et les experts n'ont pas totalement réussi à obtenir le consensus nécessaire.

Pour le médecin, il est incontesté que les compétences entre les cantons et la Confédération devraient être réglées plus clairement lors d'une prochaine crise. "Il faut un état-major de direction clairement identifiable."
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.