Face à la menace, les éleveurs sont vigilants

Face à la menace, les éleveurs sont vigilants

À Etoy, Patrick Lüthi possède une cinquantaine de volailles d'espèces variées. Photo: Bovy

Suite à la découverte d’un foyer de grippe aviaire en France voisine, on craint son étendue rapide. Point sur la situation avec l’aviculteur étierruz Patrick Lüthi.

La récente découverte de cas de grippe aviaire dans un élevage de Messery (Haute-Savoie), en France voisine, a contraint les poules helvétiques du bout du lac (d’Hermance à Gland) au semi-confinement, de manière à éviter tout contact avec des oiseaux sauvages ou leurs déjections.
Dans la région de Morges, les aviculteurs ne sont pas encore concernés par ces mesures de sécurité, mais restent sur leurs gardes. Ils le savent: le virus pourrait rapidement se répandre comme une traînée de poudre.
À la tête de la Société vaudoise d’aviculteurs, l’étierruz Patrick Lüthi est également éleveur amateur. Selon lui, il n’y a pas de raison de paniquer, mais la nouvelle est à prendre au sérieux.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.