«Pas envie d’être militaire à vie» – journaldemorges «Pas envie d’être militaire à vie»

«Pas envie d’être militaire à vie»

«Pas envie d’être militaire à vie»

Elle est Suissesse. Il est Érythréen. Elle a toujours vécu ici. Il est arrivé il y a quelques années, après avoir fui son pays. Alice et Henok ont vu leurs chemins se croiser dans le cadre de l’Action parrainage, projet qui met en lien des gens vivant en Suisse depuis longtemps avec des hommes et des femmes en exil. Histoire d’une rencontre.


«Pourquoi ai-je fui mon pays? À cause de la dictature. J’étais militaire et je n’avais pas envie d’être forcé de faire l’armée toute ma vie.» Arrivé en Suisse il y a six ans, Henok (prénom d’emprunt) a laissé derrière lui sa patrie, l’Érythrée, que certains observateurs n’hésitent pas à classer parmi les pires régimes autoritaires du monde.
Contenu Bloque

Envie de lire la suite ?

L'information vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Derrière les articles de ce site, il y a une équipe de journalistes et de photographes dont le métier est de vous informer sur l'actualité de notre région. S'abonner pour lire ces articles, c'est soutenir un journalisme indépendant et ancré dans sa région.