Le trafic entre Lausanne et Genève restera limité

Le trafic entre Lausanne et Genève restera limité

Photo: KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le trafic ferroviaire entre Lausanne et Genève restera restreint jusqu’au dimanche 21 novembre. Quatre trains par heure au lieu de six circulent dans chaque sens. L’offre de bus de remplacement entre Morges et Allaman est maintenue.

Des études géologiques ont montré que le sous-sol sous le remblai, à la hauteur de Tolochenaz doit être mieux stabilisé avant que les trains puissent circuler plus rapidement, ont indiqué dimanche soir les CFF dans un communiqué. Actuellement, les convois circulent sur le tronçon accidenté à 20 km/h.

La capacité sur le tronçon reste donc fortement limitée, notamment aux heures de pointe. Seuls deux Regioexpress et deux Interregio circulent. Les Intercity sont toujours supprimés.

La compagnie appelle à nouveau les usagers à éviter les voyages non essentiels aux heures de forte affluence et de privilégier les heures creuses. Elle leur conseille également de consulter l’horaire environ 90 minutes avant le voyage. Des collaborateurs des CFF continueront d’informer la clientèle dans les gares de la région.

Le trou de Tolochenaz

La ligne Lausanne – Genève est en travaux à la hauteur de Tolochenaz après un affaissement du sol. Le trafic a été complètement interrompu deux jours et demi la semaine dernière et a finalement repris de manière limitée vendredi matin.

Vendredi dernier, les CFF espéraient que les trains puissent à nouveau circuler mardi à une vitesse habituelle. Un retour complet à la normale n’était toutefois pas prévu avant deux semaines.

L’accident est lié au chantier voisin en cours de la société privée Energie 360°. Celle-ci effectuait des travaux pour le percement d’une canalisation à une dizaine de mètres sous les voies pour un projet de réseau d’énergie thermique.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.