La Fourmi qui accumule les étiquettes

La Fourmi qui accumule les étiquettes

Chaque année, la Confrérie de l’étiquette fait produire son millésime... et sa propre étiquette. Michel Conus leur a évidemment aussi dédié un classeur. Photo: Bovy.

En près de 40 ans, Michel Conus a collectionné plus de 80 000 étiquettes de vins, qu’il range méticuleusement dans une centaine de classeurs.

Est-il vraiment si absurde de choisir une bouteille de vin uniquement en se fiant à son étiquette, comme le font de nombreux profanes en la matière? «Pas du tout!, rétorque Michel Conus avec un large sourire. Une bonne étiquette doit représenter son vin et le mettre en valeur. Si elle n’est pas lisible, les gens passent à la bouteille suivante. Et si elle est réussie et qu’elle vous parle, il y a de fortes chances pour que le breuvage vous plaise aussi!»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.