«En politique, il faut aimer les gens»

«En politique, il faut aimer les gens»

Après des années d’investissement pour son canton, sa région et l’agriculture suisse, l’ancien député va goûter à une retraite bien méritée. 

Il est huit heures tapantes lorsque l’on frappe à la porte de Dominique Kohli, tout «en bas» du village de Bussy-Chardonney. Le tout juste retraité est levé depuis longtemps et nous accueille chaleureusement pour tirer un premier bilan après une vie plutôt bien chargée. «Je suis un citoyen de Bussy depuis ma naissance, lance en préambule et avec un grand sourire Dominique Kohli. J’ai fait toute ma scolarité dans la région avant de partir à Lausanne pour mon gymnase puis à Zurich pour obtenir mon diplôme d’agronomie.» 

Une fois son titre en poche, le jeune ingénieur agronome s’envole au Sénégal dans le cadre de son travail pour la coopération technique de la Confédération avant de revenir à Bussy-Chardonney pour reprendre l’exploitation familiale.  Parallèlement, il fonde en 1982 avec l’ancien Conseiller d’État Pierre-François Veillon, un bureau d’étude spécialisé dans la gestion agricole. Un poste qui l’envoie en mission dans bon nombre de régions du globe.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.