« Les gens voulaient du changement »

« Les gens voulaient du changement »

La nouvelle Municipalité de Bussigny avec, de gauche à droite: Patricia Spack Isenrich, Claudine Wyssa, Eric Zingre, Paola Käslin et Catherine Calantzis Robert. Photo: Grieu

Après plusieurs années de Municipalité à droite, l’équilibre est renversé. Quatre femmes siégeront à l’exécutif.

C’est une vague multicolore qui est sortie des urnes de Bussigny. Rose et verte, d’abord, puisque groupe du Parti Socialiste, Indépendants de Gauche et les verts (PSIG) remporte un troisième siège, gagnant ainsi la majorité à la Municipalité. Une surprise pour la syndique PLR Claudine Wyssa, issue de l’Entente Communale: «certes, le premier tour avait donné une tendance. Mais du côté de l’Entente on pensait tout de même pouvoir placer trois candidats». A Bussigny, l’exécutif penchait effectivement traditionnellement à droite avec trois sièges occupés par l’Entente Communale et deux par le PSIG. Mais le premier tour, qui a vu élire Patricia Spack Isenrich et Eric Zingre, deux candidats de l’alliance de gauche, laissait présager un possible changement de cap. Le virage s’est confirmé puisque sur les trois sièges attribués dimanche, seuls deux sont revenus au parti d’entente. Seule sortante à avoir été réélue, Claudine Wyssa ne retravaillera pas avec son colistier, le municipal Jean Daniel Lüthi, qui se classe plus de 100 voix derrière la verte Catherine Calantzis Robert. «Les habitants avaient sûrement envie de changement, explique Paola Käslin, élue de l’Entente Communale, puisqu’on avait une municipalité installée depuis quelques années déjà. Et puis je pense qu’il y a aussi l’effet «femmes» qu’il ne faut pas non plus négliger.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.