Dans les vergers, «il est trop tôt pour se soucier du gel»

Dans les vergers, «il est trop tôt pour se soucier du gel»

Nicolas Mischler estime qu’il est encore trop tôt pour évoquer le risque que pourrait représenter le gel dans les vergers. (Bovy)

Avec une fin d’hiver aux températures printanières, la végétation est sortie de son sommeil avec un peu d’avance. Mais pas de quoi susciter la crainte dans les vergers, du moins pour le moment.

Qui n’a pas vu ces images assez impressionnantes de grosses bougies dans les vergers d’abricotiers en Valais pour les protéger du gel? Une situation qui, en regardant dans le rétroviseur, est survenue à plusieurs reprises ces dernières années dans la plaine du Rhône. En cause: des nuits très froides – au stade le plus sensible de l’évolution de ces arbres fruitiers – qui menacent une partie de la production de l’année.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.