Une musique qui résiste à la pandémie

Une musique qui résiste à la pandémie

Elizabeth Sombart et sa Fondation Résonnance veulent faire perdurer la musique malgré la situation sanitaire difficile. Photo: Müller

La Fondation Résonnance organise chaque samedi des concerts d’une demi-heure pour cinq personnes à la fois.

«L’essentiel c’est aussi la musique!» Le ton est donné d’entrée sur l’affiche de ce festival que la Fondation Résonnance a lancé au mois de novembre dernier. La pandémie ne doit pas faire oublier cette part sensible de l’être humain qui se nourrit d’immatériel. Tous les samedis, dans les locaux de la fondation, quatre mini-concerts sont donnés à un nombre restreint de personnes, dans le respect des limites sanitaires.

Accueillis par Elizabeth Sombart, pianiste et fondatrice de Résonnance, les spectateurs sont invités à prendre place sur les fauteuils installés dans le grand salon de la Fondation. Une atmosphère chaleureuse, entre décorations florales et flammes de bougies, révèle le soin apporté à cette expérience voulue par l’artiste comme un partage avec le public. «La musique nous unit. Elle nous touche d’une manière dont elle seule est capable», explique Elizabeth Sombart avant de s’installer au piano et de démontrer la parole par l’acte.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.