Dix ans de printemps arabe en dessin de presse

Dix ans de printemps arabe en dessin de presse

La Maison du Dessin de Presse propose du 25 mars au 16 mai l’exposition « Willis from Tunis – Dix ans de printemps arabe toutes griffes dehors ».

Après une année 2020 frappée par les incertitudes, les renvois d’expositions, les réadaptations et toujours une volonté de faire vivre la culture coûte que coûte, la Maison du Dessin de Presse envisage 2021 sous la couleur de l’engagement et de la liberté.

Qui mieux donc que Willis from Tunis pour en attester l’importance? Pseudonyme de l’artiste tunisienne Nadia Khiari, Willis from Tunis est un chat né le 13 janvier 2011 en réaction au discours du président Ben Ali, qui allait démissionner le lendemain. Depuis, Willis n’a jamais cessé de sortir ses griffes ni surtout son humour dévastateur. Rien ne lui échappe, la corruption, le patriarcat, la liberté d’expression, le chômage, les migrants, et dernièrement le coronavirus. Celui-là même qui nous empêche d’ailleurs d’accueillir la dessinatrice résidant à Tunis pour un vernissage qui n’aura pas lieu, restrictions sanitaires obligent. À travers son chat Willis, son alter ego, Nadia Khiari défend la cause des femmes, des homosexuels, des esprits libres contre l’islam radical, le gouvernement corrompu, le terrorisme, les traditions familiales immuables.

C’est en collaboration avec l’artiste que la Maison du Dessin de Presse a monté cette exposition dont elle a choisi les 70 à 80 dessins à faire figurer. Ces dessins retracent chronologiquement et thématiquement les dix ans du printemps arabe en Tunisie et figurent dans son album paru en décembre 2020, «Dix ans et toujours vivant» (Ed Elyzad). Dans la même optique que son livre, le choix de dessins s’est effectué pour être compréhensible par nous, public européen.

Clé de voûte des révolutionnaires

Un grand chat découpé est exposé à l’entrée, l’occasion de se prendre en photo avec Willis et de le poster sur les réseaux sociaux afin que Nadia Khiari puisse rester en contact avec le public.

Les réseaux sociaux furent d’ailleurs la clé de voûte des révolutionnaires lors des printemps arabes successifs, leur moyen de communiquer et de diffuser leurs informations. C’est en postant son premier Willis sur les réseaux sociaux que la dessinatrice s’est faite connaître, beaucoup croyant au départ qu’il s’agissait d’un homme. Son pseudonyme éventé, elle a continué et continue toujours d’utiliser les réseaux pour défendre ses idées et par le biais de son chat.

Son style est aussi varié que reconnaissable. Né en noir et blanc, Willis se distingue par un trait quasi enfantin sous lequel se dessine une grande malice. Tantôt le regard plissé, tantôt les yeux écarquillés, le chat semble toujours en mouvement, comme issu d’une case de dessin animé. A côté des dessins en noir/blanc, Nadia Khiari développe de nombreuses et magnifiques aquarelles, où la couleur explose et dans lesquels Willis apparaît la plupart du temps en noir et blanc. Une manière de mettre l’accent sur les actions et les situations dénoncées.

Certains autres de ses dessins utilisent volontairement les codes des graffitis dont elle-même n’hésite pas à orner les murs de sa ville. Ils sont dynamiques, sans textes, souvent rehaussés de cette couleur rouge qui rappelle autant le drapeau tunisien que le sang ou la violence.

Une rencontre?

Le vernissage ne pouvant avoir lieu et les difficultés rencontrées par l’artiste pour voyager en ces temps de Covid, nous espérons que les mesures s’allègent pour pouvoir l’accueillir en mai, avant la fin de l’exposition afin de débattre avec des dessinateurs de presse suisses du dessin de presse et sa présence sur les réseaux sociaux.

Biographie

Nadia Khiari, née le 21 mai 1973 à Tunis, est une artiste peintre, dessinatrice et enseignante en arts plastiques tunisienne, connue désormais sous son pseudonyme Willis from Tunis. Elle accède à la notoriété pendant la révolution tunisienne de 2011, alors qu’elle commente les événements sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de son personnage, le chat Willis from Tunis, créé à cette occasion. Elle publie depuis des dessins de caricature dans les journaux français Siné Mensuel, Courrier international et Zelium. En 2019, elle fait partie de l’équipe des dessinatrices du nouveau mensuel féministe satirique Siné Madame, dès son lancement. Elle a reçu de nombreux prix, dont le prix Honoré Daumier en 2012 et les insignes de docteur honoris causa de l’Université de Liège en 2013, le prix « Couilles au cul » au festival OFF of OFF d’Angoulême en 2016. Elle est membre de Cartooning for Peace, où elle représente le Maghreb, et participe aux actions de CrayonSolidaires fondé par Barrigue.

Abonnez-vous au Journal de Morges

Abonnez-vous !

Afin d'avoir accès à l'actualité de votre région au quotidien, souscrivez un abonnement au Journal de Morges. S'abonner, c'est soutenir une presse de qualité et indépendante.