À la recherche des climats passés

À la recherche des climats passés

Enfin! Après quatre heures de TGV, trois arrêts de métro, une bonne trentaine de minutes en RER et un ultime trajet en bus, nous arrivons dans la banlieue sud de Paris. Là, des dizaines de milliers de chercheurs, étudiants et enseignants se côtoient dans la «Silicon Valley» à la française. École polytechnique, Institut des hautes études scientifiques, École nationale de la statistique, Renault, EDF, Nokia ou Airbus y ont notamment pris leur quartier. On estime que 15% de la recherche publique et privée du pays est concentrée sur cet immense site. C’est ici, dans un petit bureau du bâtiment 703 du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, que travaille Valérie Masson-Delmotte. Paléoclimatologue de renom, elle est coprésidente du groupe du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) qui évalue la science physique du changement climatique. Interview.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.