Le monde à ma porte – 5 mars 2021

Le monde à ma porte – 5 mars 2021

Ces dernières semaines, j’ai comme tout le monde, ou presque, commandé quelques livres par Internet, puisque comme tout le monde aussi, je ne pouvais plus entrer dans une librairie. Je dois dire que je n’ai pas eu à me plaindre: les commandes ont été honorées, et je tiens à remercier ici tous les postiers, facteurs, buralistes, transporteurs, emballeurs, qui se sont unis pour que tout se passe bien. J’ai quand même parfois vécu quelques secondes de honte en voyant dans la rue passer la charrette surchargée d’un facteur, ou en découvrant à la poste de chez moi, à l’arrière du guichet, les murailles de paquets en attente de livraison, ou qui étaient retournés par le destinataire. Ils s’imposaient, intrus éléphantesques, et s’appropriaient les lieux, diminuaient fortement l’espace déjà mince des humains au travail et j’avais l’impression de participer un peu lâchement à la croissance diabolique de la verrue de la consommation excessive.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.