Le monde à ma porte – 20 novembre 2020

Le monde à ma porte – 20 novembre 2020

Un de ces derniers jours, je me suis dit tiens, que devient la jolie plage lémanique que je fréquente de temps en temps en plein été, tôt le matin de préférence, avant que la chaleur n’écrase tout. À cette époque-là, les galets brûlent vite les pieds, le front exige un chapeau de paille, ou de l’ombre, et l’eau paraît fraîche à mon corps délicat de piètre baigneur même si elle atteint les 25 degrés. En automne, en hiver, c’est autre chose: on ne met pas un orteil dans l’eau – sauf quelques champions qui font ça tous les jours – le soleil est un ami qui n’aplatit pas le passant assis dans les cailloux, mais le réchauffe fraternellement pendant quelques minutes, le temps qu’il pense à tout et à rien en regardant le doux mouvement des vagues, l’amerrissage de quelques feuilles mortes descendues comme des papillons du colossal platane de la propriété qui surplombe la plage, le passage d’un cormoran pressé, noir charbon sur le ciel pâle.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.