Le monde à ma porte – 19 février

Le monde à ma porte – 19 février

Je regardais l’autre jour des hommes habillés d’orange et casqués de la même couleur, travailler dans une fouille, sur le trottoir qui passe devant mon domicile. Ils avaient commencé très tôt, quand il faisait encore froid, déjà un peu jour mais encore un peu nuit. Ils bossaient avec un engin pointu comme un espadon de fer qui s’enfonçait dans le trou, défonçait les couches solidifiées depuis des décennies, aux pieds de l’homme qui le maîtrisait et dont je ne voyais que la moitié supérieure du corps. Un autre tenait une pelle, un autre guidait un petit trax têtu, un autre s’en allait régulièrement avec une machine dotée d’une benne, dans laquelle s’accumulaient les gravats sortis de la fouille. Ils travaillaient durement.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.