Le monde à ma porte – 16 juillet 2021

Le monde à ma porte – 16 juillet 2021

Je les ai repérées de loin, il n’y avait personne dans les rues à cause de la pluie battante, mais elles, elles étaient là, dans l’herbe courte, stoïques, sereines, aussi tranquilles qu’un groupe d’hommes et de femmes qui seraient occupés à une sorte de méditation. Depuis le déconfinement, on voit beaucoup de ces équipes de personnes qui pique-niquent, bronzent, causent, jouent, passent le temps à profiter longtemps du dehors.

Quand il ne pleut pas. Elles, elles semblaient heureuses des conditions météo que les humains qualifient d’exécrables. Je me suis approché, puis je leur ai parlé: «Salut les copines, vous m’apparaissez en pleine forme, me trompé-je ou pas?» Elles ont mis une minute pour se tourner dans ma direction, déployant leur masse orange sur les herbes trempées. L’une m’a répondu: «Tu es le premier, mon bonhomme, à nous adresser la parole depuis le début du printemps. Rien que pour cela, nous t’assurons de notre reconnaissance collective et nous nous engageons à ne pas attaquer tes salades ni tes fleurs cette nuit. Tu veux savoir comment nous allons? Nous vivons une année de rêve. Rien n’est jamais sec. Nous glissons comme jamais. Nous traversons des hectares de prés et de terrain pour nous en aller déguster les meilleurs potagers de la région. C’est vrai, nous, nous n’allons jamais très vite, mais grâce à la pluie qui ne cesse pas, nous allons moins lentement, plus longtemps, et je peux te dire que nous en profitons.»
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.