L’accès aux rives du lac, une loi à remous – journaldemorges L’accès aux rives du lac, une loi à remous
Signaler une erreur
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’accès aux rives du lac, une loi à remous

L’accès aux rives du lac, une loi à remous

Alors que l’accès aux rives du Léman est inscrit dans la loi, il n’est dans les faits que peu appliqué. Zoom sur le district, qui possède des cas représentatifs de la situation cantonale.

«Le paysage doit être préservé. Il convient notamment de tenir libres les bords des lacs et des cours d’eau et de faciliter au public l’accès aux rives et le passage le long de celles-ci.» L’article 3 de la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) du 22 juin 1979 est on ne peut plus clair. Dans le canton de Vaud, la loi sur le marchepied le long des lacs et sur les plans riverains (LML) est encore plus ancienne (1926) et prévoit que «sur tous les fonds riverains du lac Léman, des lacs de Neuchâtel et de Morat, des lacs de Joux et Brenet, et du lac de Bret, il doit être laissé, le long de la rive et sur une largeur de deux mètres, un espace libre de toute construction ou autre obstacle à la circulation, pour le halage des barques et bateaux, le passage ou marchepied des bateliers et de leurs aides, soit pour tous autres besoins de la navigation ainsi que pour ceux de la pêche».

Des règles limpides qui ne sont pourtant pas respectées...
Contenu Bloque

Envie de lire la suite ?

L'information vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Derrière les articles de ce site, il y a une équipe de journalistes et de photographes dont le métier est de vous informer sur l'actualité de notre région. S'abonner pour lire ces articles, c'est soutenir un journalisme indépendant et ancré dans sa région.