La jeunesse dans tous ses états

La jeunesse dans tous ses états

Marie et Julia dans leurs œuvres.

Dans une période critique, la nouvelle génération est touchée par la perte de lien social. Des initiatives aident les jeunes à combler le vide.

Entrer dans le monde des adultes est une perspective qui a de quoi effrayer plus d’un ado. Si l’épidémie a fragilisé une population déjà sujette aux doutes, les mains tendues émergent elles aussi, à l’image de Virginie Crausaz.

Confier des ados en perte de repères à une femme passée de responsable des recrutements de l’UBS à un van rempli de crayons de couleur peut sembler drôlement paradoxal. Mais que l’on ne s’y trompe pas: si Virginie Crausaz travaille dans un environnement moins bling-bling aujourd’hui, c’est bel et bien par choix. «Il y a quelques années, je gérais les recrutements de tous les segments d’affaires de la banque pour Vaud, Fribourg, Neuchâtel, le Jura et le Valais. J’ai beaucoup appris à travers mon parcours, mais j’ai eu besoin de trouver davantage de sens dans ce que je faisais», raconte celle qui à 22 ans déjà allait vendre des services aux chefs d’entreprise.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.