Un western pour le four

Un western pour le four

Il était 20 heures ce samedi 19 juin de l’an de grâce 1971 quand le syndic Jean-Philippe Chapuis a coupé le ruban symbolique. Ainsi était officiellement inauguré le four banal de Romanel-sur-Morges que, à l’instigation d’Edmond Cretegny, vingt-six membres de la Société de tir avaient restauré au prix d’un millier d’heures de travail bénévole. Sans compter quelques heures supplémentaires «pour reprendre leurs forces grâce au lait d’octobre», rapporte la chronique.Le bâtiment du four a été construit en 1746. A l’étage, une salle faisait usag...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.