Un vent de folie souffle sur La Birolande

Un vent de folie souffle sur La Birolande

Jean Demierre, qui brûle les planches et ses coulisses depuis plus d’un demi-siècle, le confesse avec un sourire qui fait frémir d’aise sa moustache: «Depuis que je fais du théâtre, je ne me suis jamais autant marré qu’aux répétitions de cette pièce!» dit-il en évoquant «Le théâtre qui rend fou» que La Birolande a mis à l’affiche de ses soirées annuelles. Spectacle composé d’une série de sketchs dus à Jacques-Henri Maurin dont l’absurdité doit être la seconde (voire la première) nature. Autant dire que la pièce sort résolument du c...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.