Un oui en sursis pour les futurs mariés

Un oui en sursis pour les futurs mariés

Yves Schopfer et Solange Perey ne savent pas encore avec qui ils vont célébrer leur mariage le 13 juin. Sébastien Bovy

Si de nombreux couples ont déjà été contraints d’annuler leur mariage, d’autres espèrent encore sauver les meubles au moins pour la cérémonie civile.

Ce doit être le grand jour, celui qu’on prépare depuis des mois, le seul souci à ce stade étant le nombre de croissants au jambon à fabriquer et de ne pas oublier les alliances. Malheureusement, Solange Perey et Yves Schopfer n’en sont plus là depuis quelques semaines, occupés en «cellule de crise» à discuter avec l’orchestre, le traiteur, le photographe et l’État civil pour parer aux prochaines décisions du Conseil fédéral avant leur mariage prévu le 13 juin.
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.