Un millésime au goût de paradoxe

Un millésime au goût de paradoxe

«Il convient de se réjouir. Jamais les vins vaudois n’ont été aussi célébrés dans les médias et sur les marchés nationaux et internationaux!» Les mots prononcés à Tolochenaz le 9 novembre par Philippe Leuba avaient de quoi susciter la fierté chez plus d’un des 200 acteurs vitivinicoles présents à la réunion annuelle de la Fédération vaudoise des vignerons (FVV). Le canton peut en effet se targuer d’une réputation de plus en plus positive en dehors de ses frontières. L’exemple du domaine des frères Dutruy à Founex – qui vient tout juste d’ê...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.