»Souvent, on ne me croit pas »

 »Souvent, on ne me croit pas »

Elle ressemble à n’importe quelle jeune fille de 25 ans, souriante et pleine de vie. Pourtant Nadia Coutellier souffre depuis son plus jeune âge d’une maladie héréditaire ultra rare qui la rend intolérante aux rayons lumineux et qui l’empêche de mener une vie normale.Cette maladie, c’est la protoporhyrie érythropoïétique (PPE), une pathologie dont les symptômes sont tout aussi barbares que son nom. Une exposition au soleil de quelques minutes suffit à causer des brûlures et de violentes douleurs durant plusieurs jours. «J’ai alors la sensation d’...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.