«Sans en être consciente, j’ai empoisonné mes deux enfants»

«Sans en être consciente, j’ai empoisonné mes deux enfants»

Depuis 2016, elle mène un combat contre la Depakine, antiépileptique responsable des malformations et troubles cognitifs de ses enfants.  «On ne laisse plus une femme enceinte sous Depakine dorénavant», tels sont les mots que Régine Favez-Fivaz. apprend de son neurologue en 2015. Alors que cette mère de famille souhaite une troisième grossesse, on l’en dissuade. Le traitement antiépileptique du nom de Depakine, que Régine prend depuis la vingtaine, cause des malformations physiques et troubles cognitifs aux fœtus. C’est le choc lorsqu’elle se rend...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.