Qui pour sauver la galère du naufrage?

Qui pour sauver la galère du naufrage?

«Nous pensons faire partie du patrimoine de la ville de Morges. Malheureusement, nous avons l’impression que la Municipalité ne partage pas ce point de vue», confie Pierre Constantin, désormais ancien président (voir encadré) de l’Association Lémanique galère «La Liberté». Une déclaration forte liée au refus de l’exécutif morgien d’accorder à l’organisme gérant l’exploitation du bateau un crédit de 40 000 francs. «Ce n’est pas le rôle de la collectivité publique d’assainir les finances de l’association, explique le syndic Vincent Ja...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.