«Pour recevoir, il faut savoir donner»

«Pour recevoir, il faut savoir donner»

«Vous savez je travaille à 50%...ben oui, 12 heures par jour!» Ceux qui connaissent René Müller ne pourront pas contredire cette phrase tant l’homme semble infatigable. Arrivé à Morges il y a 34 ans, le chef cuisinier conserve un très subtil accent suisse allemand, preuve de son enfance passée outre-Sarine. «Au départ, je voulais être mécanicien automobile, raconte-t-il. Mais j’avais un oncle qui tenait un garage et qui m’a encouragé à ne surtout pas suivre sa trace. Je me suis donc rabattu sur la cuisine. J’ai toujours aimé ça.» Après un apprenti...
Contenu Bloque

Contenu Bloqué

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez être abonné au Journal de Morges. Si tel est le cas, connectez-vous à l'aide de vos identifiants. Sinon, n'hésitez pas à consulter nos différentes offres d'abonnement.